Revue N°89 – Aout 2014 – Au delà de la maîtrise de l’énergie: La transition énergétique s’impose

EDITO:

La flambée des prix de produits énergétiques est aujourd’hui au cœur des débats. Après une période excédentaire durant les années 70 et 80, la Tunisie a progressivement découvert la contrainte des importations pétrolières. Avec un marché soumis à des tractations de tous bords: financières, boursières, géopolitiques et stratégiques…

Le déficit énergétique du pays se fait ainsi de plus en plus sentir au fur et à mesure de la hausse des prix des produits pétroliers. Les prix du baril ont dépassé, en juillet 2014, la barre de 110 dollars. Ce niveau de prix a été maintenu depuis 2011 contre environ 80 dollars en 2010 et 62 dollars en 2009.

Cette situation se traduit pour la Tunisie par une contrainte budgétaire de taille de 2500 MD de subvention au secteur de l’énergie en 2014, le déficit supplémentaire de la balance commerciale énergétique a grimpé à plus de 1775 MD à fin juin 2014.

Durant l’exercice actuel, les pouvoirs publics ont été forcés à procéder un ajustement des prix des produits pétroliers pour préserver les équilibres nécessaires et assurer la continuité de l’effort de développement économique. Mais ces ajustements ne résorbent, au fond, qu’une
partie de la hausse des prix le marché international.

La problématique de l’efficacité énergétique prend alors une nouvelle dimension: une exploitation judicieuse des potentialités énergétiques, sous toutes ses formes s’impose. Cette exploitation ne peut se passer d’une nouvelle culture de la consommation d’énergie basée sur un comportement économe de l’ensemble des opérateurs.

La Tunisie a pris conscience depuis trois décennies déjà que l’utilisation rationnelle de l’énergie constitue un vecteur d’efficacité énergétique et un facteur de compétitivité pour l’économie. La maîtrise de l’énergie représente aujourd’hui une composante importante de la politique énergétique du pays qui l’a placé dans le peloton de tête des pays émergents en efficacité énergétique.

Le gouvernement actuel s’attache à mobiliser toutes les conditions pour enraciner chez l’ensemble des consommateurs une nouvelle culture de consommation de l’énergie. Au delà des encouragements et des nouvelles dispositions contraignantes pour un certain nombre de consommateurs abusifs, la campagne d’information et de sensibilisation mise en œuvre au cours des derniers mois vise à diffuser les ingrédients de cette nouvelle culture…

Dans cette perspective, le gouvernement travaille pour la concrétisation de la mise en place du nouveau cadre institutionnel et réglementaire du secteur de l’énergie à savoir la Loi de production de l’électricité par les énergies renouvelables, le Fonds de Transition Energétique et l’actualisation du Code des Hydrocarbures. Nous souhaitons qu’avant la fin de l’année 2014, ce cadre rentre en vigueur afin de pouvoir répondre à l’objectif tracé par le gouvernement: contribution des énergies renouvelables au total de la production de l’énergie de l’ordre de 30% à l’horizon 2030.

La réalisation de ce taux sera une opportunité pour la Tunisie afin qu’elle change son modèle de développement et développe les secteurs de l’industrie et des services, tout en offrant environ 40.000 nouveaux postes d’emplois reliés à l’énergie au cours de la période 2014-2030.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0